Passez le beurre, svp: la découverte du biohacking

 

Si l’idée de démarrer la journée en ajoutant du bon gras non-altéré (du beurre, quoi) à votre café vous donne un haut-le-cœur, vous ratez un « hack »* étonnant, une astuce simple qui éclaircit les pensées et coupe court aux fringales de la mi-matinée. En soit, cela suffit pour vous donner un avantage sur les collègues, et en plus le café au beurre booste la concentration et la performance. Tout pour plaire.

* Un “hack” est une action (une astuce) à l’impact multi-supérieur à l’effort demandé.

café au beurre — bulletproof coffee

Aujourd’hui, tout change très vite, ce qui demande une capacité d’adaptation à tout moment, de l’énergie et un esprit clair. Je suis plutôt à l’aise avec les transformations. J’ai réalisé toute une panoplie d’activités professionnelles dans ma vie: la traduction, la communication, l’édition sur deux continents, le conseil en entreprise… Et pourtant, il y a quelques années, je me suis retrouvée avec mon entreprise qui s’enlisait, mon énergie complètement dispersée—plus de vision et surtout une impression de ne plus fonctionner à mon plein potentiel.

Et là, j’ai découvert le café au beurre.

Cette recette, connue outre-Atlantique pour booster l’énergie et le focus, a été démocratisée sous le nom de “Bulletproof Coffee” par le “biohackeur” Dave Asprey, un entrepreneur américain en quête de maîtriser son environnement biologique, voire l’améliorer, afin d’avoir plus d’énergie au quotidien et d’être plus en forme plus longtemps.

Mais du beurre dans le café? Beurk.  

Dans l’esprit du biohacking—c’est à dire, d’essayer soi-même et d’observer les effets pour savoir si ça marche pour soi—j’ai tenté le breuvage.  

Pendant un mois j’ai mis du beurre dans mon café. Et rien. Tout de même, je me suis dit, il y a des milliers d’athlètes de haut niveau, de PDG sous pression, et des milliers de personnes qui ne jurent que par ça. Un peu têtue, j’ai regardé de nouveau la recette. Je ne l’avais pas suivi à la lettre. En fait, il faut mixer son café. J’ai sorti le mixeur plongeant et… C’est là que ma vie a changé. Tout de suite, c’était comme si mon cerveau s’allumait.

Cet incident m’a appris une chose importante: des ajustements simples peuvent avoir un impact non négligeable. C’est comme dans une histoire—la différence entre une histoire qui vous ennuie et une qui vous fascine réside dans les détails. C’était le déclic pour moi.

C’est comme ça que le café au beurre m’a ouvert la porte du biohacking. J’ai commencé à affiner les détails de mon quotidien pour faire plus avec moins d’effort. Une quête de parfait paresseux. Une recherche pour comprendre les interactions entre moi individu et mon environnement au sens large. Un écosystème. Avec, pour résultat des ajustements dans les détails pour être plus efficiente, plus performante—et finalement, de vivre une vie bien plus pleine.

Ça ne vous donne pas envie?