Où en êtes-vous de votre état optimal de performance?

 

Comment vous sentez-vous au quotidien? Épuisé, distrait, subissant plutôt qu’agissant? Ou plutôt présent, réfléchi, et dynamique? Pour la plupart, nous nous situons entre les deux. Heureusement, il est possible de changer de cap pour avoir plus de vivacité.

biohacking, plein potential , plus dénergie

Qui refuserait d’avoir plus d’énergie et l’esprit plus clair? D’être plus productif et de meilleure humeur?

Quand nous fonctionnons dans un état de performance optimal, nous oscillons entre l’accès à notre plein potentiel, d’une part, et des périodes de renouvellement, de l’autre. Dans le premier, nous sommes présents, réfléchis, impliqués, dynamiques, ouverts. Dans le deuxième, nous sommes détendus, calmes, créatifs, avec l’esprit déployé. Autrement dit, on se sent vivant, éveillé, capable de manière générale. C’est un état naturel.

Le contraire? C’est le quotidien de beaucoup d’entre nous. C’est vivre entre la survie et l’épuisement. C’est être dans la réaction plutôt que dans l’action, impatient, distrait, explosif et rigide, ou bien alors vidé, à buut, indifférent et dispersé.

La grande leçon du biohacking, c’est que cet accès à notre plein potentiel, à cet état de performance optimal, dépend de nous. Grâce à des actions et des expérimentations menées avec mesure, petit à petit, nous pouvons quitter le mode “par défaut” pour accéder plus souvent à ce plein potentiel, et même sur demande.

Le premier principe de base de cet état est d’avoir un corps qui fonctionne bien. Le corps, et du coup, la nutrition, le sommeil et l’activité physique sont les clés de voûte. Après, il y a l’esprit, avec nos émotions, notre mental, et le sens que nous nous donnons. Par dessus tout cela, il y a notre environnement et les systèmes que nous mettons en place. En intervenant sur ces trois grandes axes, nous arrivons à optimiser notre vie pour nous sentir mieux.